Pour parler franchement, le tir au fusil de chasse est ma passion, ma passion, au sens propre du terme. Le tir au fusil de chasse est une dépendance qui apporte une profonde satisfaction et un désespoir encore plus profond. Comme la chasse au petit gibier en Allemagne est considérée par beaucoup comme la “chasse au petit homme” ou la “chasse à la ferme”, le tir au fusil de chasse ne fait pas partie de l’objectif général de la chasse, ni dans la formation à la chasse ni dans la pratique ultérieure chez nous. Il faut aussi toujours regarder ses cameras de chasse, pour la traque. Ou, pour le dire plus clairement, dans la formation des tireurs au fusil de chasse, l’Allemagne est un pays en développement.

L’année dernière, j’ai été autorisé à tirer pendant une semaine au Royaume-Uni dans différents terrains de chasse superbement gérés. Le statut social du tir au fusil n’y est pas du tout comparable à celui de l’Allemagne. Le tir au fusil est une activité qui jouit d’un grand standing social, les amis d’affaires sont invités au tir au fusil et les clubhouses des stands proposent une excellente cuisine et des vins exquis. Le tir au fusil est une activité respectée de la classe moyenne supérieure.

Entrainement au tir pour se préparer à la chasse

La Mecque du tir sur parcours de chasse est probablement située actuellement peu avant le lac de Constance – sur le Dornsberg – aucun autre champ de tir allemand n’offre une telle variété de stands dans une nature magnifique. Le fait que le Dornsberg soit une montagne permet de “chasser” les pigeons dans des vallées verdoyantes et sur des pentes raides spectaculaires. C’est le tir au fusil de chasse au plus haut niveau, un lieu où s’entraînent les champions du monde et d’Europe. Sa situation dans le quadrilatère le rend attrayant pour les tireurs au fusil de chasse de France, d’Autriche, de Suisse et d’Italie du Nord. Nous nous réjouissons de la visite annuelle de cette magnifique installation sportive située dans le sud ensoleillé de la république.

Si vous n’aimez pas le tir au fusil, et préférer une arme plus ancestrale, vous pouvez vous essayer à l’arc de chasse. Renseignez vous sur le site précédent pour vous procurer un bon arc de chasse robuste.

Abri-chasse

Nicky Szàpàry présente une belle petite brochure sur le thème du “tir au fusil”. La présentation est – comme pour tous les livres de la maison d’édition que j’ai vus jusqu’à présent – un petit flatteur à la main avec une belle couverture en lin et 100 magnifiques photos – de haute qualité. Szàpàry a grandi avec le tir au fusil de chasse, son père Làszló était champion d’État, champion d’Europe et participant aux Jeux olympiques. Son fils, né en 1959, a également atteint le niveau olympique en skeet et travaille comme entraîneur de tir en Autriche et aux États-Unis depuis 30 ans. Un homme qui sait de quoi il parle. Sur environ 150 pages, il réussit à donner un aperçu complet du sujet “tir au fusil”. Cette couverture complète est à la fois la force et la faiblesse du livre.

Sur 150 pages, la sélection du fusil de chasse, le maniement du fusil de chasse hérité, la pratique du tir au fusil de chasse, le tir au fusil de chasse de la sécurité au travail des chiens ainsi que le soin du fusil de chasse sont couverts. Ouf, c’est beaucoup de matériel pour 150 pages. L’auteur a beaucoup de choses intéressantes à apporter à la pratique du tir au fusil de chasse : La partie La pratique du tir au fusil de chasse est alors aussi la partie la plus passionnante du livre pour le tireur expérimenté. Pour le tireur débutant, cette partie peut être trop complexe et pour le tireur expérimenté, les 100 autres pages du livre sont trop générales.

J’ai lu le livre à mon partenaire sur le chemin de Frise du Nord à Dornsberg. Avec le style de conduite prudent du partenaire, que les langues malveillantes qualifient de “lent”, il a fallu 10 heures sur l’autoroute. C’est beaucoup de temps pour lire et discuter des 150 pages. Le partenaire tire au fusil de chasse depuis que je suis dans le coin et a trouvé intéressants les modèles décrits par l’auteur. Le “claquement” de l’extrémité antérieure de l’os zygomatique, en particulier, est une image qui est restée longtemps dans nos esprits. Szàpàry explique de façon impressionnante le “modèle de la grue rotative”, l’idée que le corps du tireur et le fusil doivent se déplacer de la base des pieds et des genoux comme une grue rotative. Tout le corps est dirigé vers le pigeon d’argile et son vol et pas seulement les bras du tireur. L’importance des jambes et des pieds pour la balançoire est démontrée par la chasse au corbeau en position accroupie. La comparaison des mouvements du tireur au fusil de chasse est également utile pour le tireur expérimenté.

Szàpàry est, et cela devient clair dans le livre, un tireur au fusil et un chasseur passionné, les deux se mêlent un peu dans le livre parfois. Cependant, le tir sur le stand et la chasse se déroulent dans des conditions différentes : Bien que le tir à la barre soit largement prévisible, l’animal dans la nature ne suit pas (toujours) la trajectoire prévue. L’entraînement du tireur au fusil de chasse est une base à ne pas sous-estimer pour le plaisir du tir au pigeon d’argile en tant que sport et le tir correct lors de la chasse. Outre les bases du tir au fusil à pompe sur le stand, l’auteur donne de nombreux conseils utiles pour le tir de chasse, comme “Le lièvre qui court est tiré à la cuillère et le lièvre qui s’approche est tiré devant le canon”. Souligné par de nombreuses photos, l’auteur décrit les séquences de mouvements lors du tir au fusil, notamment pour les pigeons particulièrement hauts ou bas.

Livre sur la chasse approuvé par la fédération des chasseurs

La conclusion du présent livre est donc mitigée. L’auteur puise dans un riche trésor de ses connaissances, de ses compétences et de son expérience. Il a réussi à créer un recueil de la diversité de la chasse au fusil de chasse et du tir au fusil de chasse. Un accent plus marqué sur le groupe cible du lectorat aurait été bon pour ce beau livre facile à lire ; comme nous l’avons déjà dit, il est trop général pour le lecteur avancé et probablement trop complexe pour le débutant de la section du milieu. Le compagnon d’étape manquait d’une discussion plus intensive sur le sujet “Étouffements” et ici aussi l’auteur laisse traîner des “pigeons” qui auraient pu être facilement ramassés.

Mon premier livre sur le sujet du “tir au fusil” était le livre Das Flintenschiessen du vieux maître Robert Churchill (première édition 1963). Churchill est fermement ancré dans la tradition anglaise du tir au fusil à la fois à la barre et à la chasse. Szàpàry cite aussi fréquemment Churchill. Churchill explique en détail la théorie et la pratique du tir au faisan mené, y compris l’interaction entre le tireur et le coq de fusil. Toutefois, à part quelques conseils utiles et beaucoup d’informations, il s’agit davantage d’une œuvre pour les traditionalistes que pour les tireurs au fusil modernes des pays germanophones.

Mon deuxième livre sur le tir au fusil est le livre auto-publié de Detlef Riechert. Un instructeur de tir en NRW, pour qui, d’une part, le tir au fusil est une école de vie moderne et, d’autre part, c’est un sport de compétition dont la technique doit être apprise et entraînée. Riechert compare ainsi la chasse au canard à la gestion d’une entreprise moderne : il faut toujours avoir une longueur d’avance, continuer à viser et être prêt à appuyer sur la gâchette au bon moment.

L’ajustement du fusil au tireur, la dominance des yeux et l’attaque sont les conditions essentielles pour un tir au fusil réussi. L’étape suivante consiste à se mettre en forme et à s’entraîner à la technique. Dans l’entraînement moderne au tir au fusil de chasse, il n’y a pas moyen de passer du pointage et de la visée au tir sensorimoteur, si vous voulez pratiquer avec succès le tir au fusil de chasse en tant que sport.

J’ai eu un livre sur la table, ce qui m’a d’abord dérangé. Je l’ai lu, agacé par l’arrogance d’un chasseur professionnel. Je l’ai rangé et repris, j’ai été amusé par l’ironie de l’auteur, les petites et grandes faiblesses de la pratique de la chasse de certains chasseurs. Puis j’avais d’autres choses à faire, plus tard j’ai repris le livre et j’ai pleuré avec les veaux dont la mère avait été abattue et j’ai suivi l’auteur dans sa critique de la stratégie des entreprises forestières d’État visant à libérer même le coin le plus accessible du terrain de chasse pour la chasse.

Pulverdampf im Garten Eden est un livre de chasse sans histoires sur les héros, il s’agit d’observations personnelles, de pensées et d’expériences d’un maître-chasseur et d’un chasseur professionnel. Ce livre a été élu “Livre de chasse de l’année” l’année de la publication de la première édition 2009 et est maintenant disponible dans la 3ème édition (2017).

Frank Rakow, rédacteur en chef de la Deutsche Jagdzeitung jusqu’en 2013 et Jagen weltweit ont écrit dans l’avant-propos de la deuxième édition
“Il semble qu’il y ait encore suffisamment de chasseurs ouverts au côté sensible de la chasse. Le titre “Pulverdampf im Garten Eden” (“Poudre à canon dans le jardin d’Eden”) montre exactement le conflit dans lequel se trouvent tous les partisans de la guilde verte. Ils veulent profiter de la nature, sont heureux d’être sur le terrain et terminent souvent cette magie par un grand coup. C’est une contradiction que chacun doit résoudre par lui-même”.

ChasseurDans l’avant-propos de la première édition, l’auteur lui-même écrit
“Le soudage n’est pas un travail de chasse normal. Mon chien et moi suivons une piste qui est toujours liée à la douleur, la souffrance et la mort d’un animal. Le motif pour suivre cette piste rouge fluctue entre sa propre passion pour la chasse, la pitié pour la victime et parfois la colère. Colère contre l’imprudence, la fadeur et la crudité d’une créature plus faible. Plus de mille recherches m’ont conduit à de grands sentiments de bonheur, mais aussi encore et toujours dans les coins sombres de la chasse. Il ne dit pas qui et ce que le maître-chien y rencontre. Mais ça le bouge. Il y a d’abord de l’étonnement, puis de l’amertume, puis de la colère et enfin de la tristesse”.

La douleur et l’amertume sont souvent à lire dans les histoires des maîtres-chiens, surtout lorsqu’il s’agit de rechercher des chasses en battue. Le jeu de tir est abordé de manière incertaine, mal tiré et ensuite tout est tourné pour que le tireur se légitime. Arjes les appelle les touristes “Cash & Kill” – tous ceux qui ont réussi à se faire une chasse à l’argent en voiture et qui n’ont plus le temps de laisser la piste. Dans son portrait, Arjes est très dur et c’est le point où il me dérange.

Chasse en fôret – Avoir un plan de chasse

Cette dureté et cette amertume sont bien compréhensibles du point de vue d’un maître de chien de chasse qui n’a à s’occuper que des coups qui frappent mal. Pour tous ces chasseurs qui se penchent en quelques secondes sur la meilleure et la plus sûre décision à prendre dans une situation de chasse, le jugement est sévère et impitoyable. Et arrogant. Aucun chasseur n’est né avec un fusil de chasseur. La preuve des compétences en matière de tir, exigée pour la plupart des chasses en battue, n’est pas du tout ou seulement à moitié vérifiée – pourquoi, parce que la distance doit être couverte ou que l’invité d’honneur de la chasse ne doit pas être repoussé. La chasse est un pouvoir ; celui qui a la possibilité d’émettre une invitation à chasser exerce un pouvoir sur ce qu’il aimerait chasser.

Les chasses en battue sont généralement la seule possibilité pour les chasseurs qui ne disposent pas d’un terrain de chasse de venir à la chasse et ceux qui sont invités attendent du chasseur un “retour sur investissement” ; une faveur personnelle ou commerciale, une faveur officielle, une contre-invitation ou même des avantages financiers. C’est ainsi que va le monde et les relations ne profitent qu’à ceux qui n’en ont pas.

“L’honorable parlementaire, qui n’est pas du tout ignorante, regarde le vieil animal avec un long regard pensif et couvain, puis s’en tient résolument à son évaluation précédente : c’est un veau. Son compagnon, qui n’est pas non plus inexpérimenté : Je ne pense pas. Les deux regards se tournent vers le maître-chien. Il ne dit rien. Le compagnon se promène lentement autour de la pièce avec un regard de recherche. Son visage devient de plus en plus sûr de lui. La députée estime que sa position est intenable et veut limiter les dégâts à un niveau médiocre : J’ai eu le sentiment dans le plan que ce pouvait être un coquillage très faible. Son compagnon lui pèse la tête et lui dit avec réflexion : “Es-tu sûr ?